13 juin 2012

Etude de cas #1 : les parents

Aujourd'hui, étudions une espèce relativement répandue : les parents. Observons-les dans un environnement tout à fait particulier : le mariage de leur enfant.
Il faut savoir que les parents, quelles que soient les relations qu'on ait avec eux la plupart du temps, deviennent des êtres tout à fait étonnants et quelque peu énervants quand leur progéniture décide de fonder son propre foyer. Voici quelques exemples :


1. Les parents blasés
Vous êtes le 3è ou le 4è enfant à annoncer ses fiançailles, alors ils en ont vu d'autres. Leurs yeux s'humidifient à peine, et de suite, ils sortent la liste d'invités sous pdf prête et immuable depuis le premier mariage de grande sœur chérie. Ils préparent le chèque, font mine de s'intéresser à deux trois détails et vous annoncent à leur tour que la cousine de la voisine fait un flan de carottes à tomber. Toute cette indifférence, ça vous énerve.

2. Les parents anti mariage
Ils sont divorcés, athées, anarchistes, râleurs, peu importe la raison : le mariage, ça sert à rien. Et c'est justement pour leur prouver le contraire que pendant des mois vous allez vous échiner à leur démontrer par A+B que si, votre engagement vous y croyez, c'est pour la vie et les préparatifs c'est merveilleux et ce n'est que le début d'une formidable vie d'amour. Evidemment, préparez-vous à ne pas recevoir un kopeck  de leur part, ou alors contre 30 bonnes minutes de remarques, du genre "t'es sûre pour la robe blanche ?", "c'est vraiment ça que tu veux ? Et avec lui ?" ou "pour le repas, tu préfères pas un méchoui ?". Ce besoin de mettre en doute votre choix, ça vous énerve.

3. Les parents enthousiastes - trop enthousiastes.
Ils ont prévenu la terre entière de votre mariage environ 45 minutes après l'annonce, ont cassé leur livret pour vous permettre d'avoir le mariage de vos rêves, invitent vos beaux-parents à déjeuner un dimanche sur deux "parce qu'on va former une seule et belle famille maintenant", ont douze idées à la minutes (à croire qu'ils lisent les wedblogs eux aussi) et c'est là que ça coince. Quand vous réalisez qu'ils veulent organiser leur propre anniversaire de mariage et non vos noces. Quand vous tentez de leur expliquer que "non, non, ça ira, Maman, garde précieusement tes gants blancs en satinette, je ne voudrais pas les abîmer, je vais me débrouiller". Tant de sollicitude, ça vous énerve.

4. Les parents dans l'air du temps = socialize !
Finalement, ça vous fait plaisir d'inviter la cousine de Papa, ça fait tellement longtemps que vous ne l'avez pas vue (16, 17 ans ?). Et puis oui, Maman a bien le droit d'inviter ses copines de la chorale, si ça lui chante (jeux de mots !). Quoi, on a 172 invités rien que pour mes parents ??! Oui, le parent, qui ne maîtrise pas forcément Twitter & Co, sait tout de même comment activer un réseau, surtout lorsqu'il s'agit de montrer qu'il a de beaux enfants, bien éduqués, et qu'il peut assumer le financement de leurs noces. Bon, ça c'est le côté le plus vil, il est vrai. La plupart des parents sont simplement fiers et heureux et ont envie de partager cela avec leurs proches. Toute cette guimauve répandue, ça vous énerve.

5. Les parents traditionalistes
"Bien sûr ma chérie, que c'est votre mariage, mais avoue que les chaussures blanches, c'est d'une élégance intemporelle" ou comment ne pas vous froisser en acquiesçant à ce vous dites tout en vous soumettant une autre idée - la leur- qui va sournoisement s'immiscer dans votre subconscient jusqu'à vous faire douter, "parce que c'est la tradition". [Quand j'ai essayé ma robe, dans la cabine d'à côté, il y avait un débat gênant entre la maman de la mariée et sa tante, sur l'obligation du jeu de la jarretière. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'était la maman qui insistait pour la jarretière, tandis que la tante essayait de rassurer la future mariée et de dissuader la maman, qui n'avait pour seul argument que "on a toujours fait la jarretière, et puis ça vous fera un peu de sous". Quand je suis partie, le débat était toujours en cours] La tradition colle au mariage comme le chewing-gum à la semelle, et ça vous énerve.

6. Les parents perdus
Ils ne s'attendaient tellement pas à cette annonce qu'ils ne savent plus où ils en sont. "Qu'est-ce que je dois faire maintenant ? Dans le doute, je vais m'abstenir." Ils ne vous proposent que rarement leur aide, ils ne posent pas trop de questions parce que de toute façon, les fois où ils en ont posées, ils n'ont rien compris à vos histoires de cupcakes et bird cage veil, là... Ils ont oublié de prévenir la famille, ils ont oublié l'ordre des cérémonies, ils vous demandant 4 fois dans le mois comment ils devront s'habiller, ils se raccrochent à leur propre expérience (bouquet de roses et fougère, pièce montée et sa farandole de desserts gourmands, calèche et colombes)... Tant d'ignorance, ça vous énerve.

7. Les parents de rêve
Ceux qui sont heureux pour vous sans en faire des caisses, qui comprennent le rôle que vous leur donnez sans tenter de mettre un orteil sur la frontière délimitée au début des préparatifs, qui vous aident financièrement sans trop poser de questions, qui vous aident à tout mettre en place la veille avec un sourire jusqu'aux oreilles qui ne les quittera pas du week-end. Ceux qui sont rares mais qu'on reconnaît en un clin d’œil à la façon dont ils vous serrent dans les bras le Jour-J et qui écrasent leur petite larme discrètement à la sortie de la cérémonie. Ceux que vous remercierez en premier dans votre discours. Ceux qui n'arrivent pas à vous énerver en somme.

Vous l'aurez compris, l'espèce parentale, aussi large et répandue soit-elle, est très diversifiée et encore pleine de mystère, au point que les plus éminents spécialistes continuent à travailler sur la question et trouvent régulièrement de nouveaux spécimens. Quoiqu'il en soit, dans environ 90% des cas, l'amour et l'énervement font partie intégrante du processus ;)


Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

ulije a dit…

Je dois avouer que j'ai des parents presques parfaits (des fois, ils hallucinent un peu quand je leur fait par de certaines de mes idées) mais dans l'ensemmble ils sont cools!

Julie a dit…

Argh, j'ai les "numéro 2", les anti mariage. Le problème c'est que souvent, dans ce cas, on a un peu l'impression d'être seule au monde à avoir des parents qui montrent autant de "mauvais vouloir", si je peux me permettre l'expression. Le "c'est vraiment ça que tu veux ? avec lui ?", je l'ai une fois par semaine depuis l'annonce. L'annonce où, je précise, mon père a commencé par rire en pensant que c'était une blague....

De l'autre côté, mon homme a un mix de "tradis perdus", une famille qui a des idées bien tradis et qui, du coup, ne comprend pas bien pourquoi on voudrait des M&Ms comme dragées ou - comble de l'horreur - pas de cérémonie de fiançailles. Et c'est parti pour 15 mois de bonheur ! ;)

cécile wallt a dit…

moi c'était plus du genre on s'en fout un peu, mais le jour J, j'ai bien vu l'émotion. je pense qu'ils ont été surpris par leurs émotions en fait!

Marjolie a dit…

Il y a aussi ceux qui s'en foutent... Qui s'en foutent vraiment. Qui étaient juste contents que la chose à annoncer ne soit pas un bébé (ouf!). Qui ne posent aucune question, jamais. Qui ne prononcent pas le mot "mariage". Qui ne réagissent pas lorsque leur fille évoque des essayages de robe de mariée.
Ou bien un savant mélange des catégories 2, 4 et 5.

Weena a dit…

Dans mon cas, je dirais un savant mélange de perdus/tradis/blasés/s'en foutent ... et pourtant, je suis la première à me marier ...

Un, ils ne s'y attendaient pas vraiment ou faisaient semblant de ne pas entendre ... après 5 ans de vie commune, c'était pas non plus un scoop, mais bon ...
Donc un peu perdu, préfère ne pas demander de nouvelle et joue la carte du "c'est encore dans longtemps" pour décliner toutes mes propositions ...

Ça me donne presque l'impression qu'ils sont juste blasés ... leur mariage s'était y'a 25 ans, ils ont refilés l'organisation à mes grand parente et ne s'en sont pas souciés ... autant dire que mes questions existentielles leur passent bien au dessus de la tête et que je ne peux pas compter sur eux (pour l'instant, j'espère encore qu'au fil des mois, ils vont se réveiller et devenir des parents de rêve ...)

Mais à coté de ça, ils sont un peu tradi sur les bords ... pas de mariage sans champagne, j'ai déjà du faire des contorsion dans mon planning de la journée pour caser un "moment champagne" !
Et pour ce qui est de toutes idées un peu fun et originale concernant le mariage, je n'ai que des réponses sèches et toujours si agréables : "c'est vraiment la peine de faire tous ça ...?"


Bref, pour l'instant, mes parents je ne les implique plus trop, mes beaux parents un peu, mais j'espérais un peu plus de soutient ... Après tout on est les premier à ce marier des deux côtés, ça fait quand même un petit quelque chose ;-P

Sabrina a dit…

J'adore ! c'est tout à fait vrai !!!

J'aime beaucoup la photo que tu as mise en bas !